Die Piraten

Le parti pirate allemand siégeant au parlement berlinois.
(sous-titres dispos en français)

Réaction suite au tweet de @framaka

A quand un parti alternatif représenté dans les institutions en France pour essayer au moins de sensibiliser les politiques au vrai sens d’Internet et aux dangers qu’il lui font courir ?

Nous ne voulons pas d’un internet aseptisé, contrôlé, surveillé !

Et ce d’autant plus quand notre vie de tout les jours s’appuie sur lui de plus en plus. Ca vous semble contradictoire ? Et bien pas moi : la vie de tout les jours, le monde réel, ne sont pas sans dangers, et l’homme arrive fort bien à s’en accomoder. Il est naturel que le Net ne soit pas non plus sans danger. Et il est possible de lutter la criminalité sur le Net par d’autres moyens qu’en passant par des lois dangereuses pour les libertés individuelles.

Pour moi, un internet aseptisé, contrôlé et surveillé serait un pire cauchemar qu’un internet libre permettant à des terroristes de communiquer, ou contenant des sites illégaux mais aussi aux honnêtes gens de communiquer, de s’exprimer librement, de collaborer comme jamais l’humanité ne l’avait fait avant.

Permettez-moi quelques analogies, simplistes certes, mais par forcément si hors sujet que cela :

Ce n’est pas parce qu’il y a des accidents de voiture qu’on devrait interdire de se déplacer librement sur la route. Les forces de l’ordre sont là pour veiller à ce que l’ordre général persiste, pour arrêter automobilistes aux comportements dangereux… En plus de la répression, la sensibilisation des populations est très bénéfique (Cf. vidéos choc de la prévention sécurité routière pour le port de la ceinture, le respect des distances de sécurité… avec comme but final de faire réaliser aux populations les réalités physiques des causes d’accident et les conséquences réelles).

Autre analogie : ce n’est pas parce qu’il y a des maladies qu’on doit tous vivre dans des locaux et combinaisons stériles, nos défenses immunitaires sont là pour nous protéger et établir un équilibre entre les organismes pathogènes et notre corps. Encore une fois, la prévention et la sensibilisation sont utiles pour limiter le risque de développer des maladies. Expliquer clairement aux populations les manières dont se propagent virus et bactéries et les bonnes pratiques pour s’en protéger est utile.

De même, il me semble qu’il n’est pas nécessaire de saper les fondements d’Internet sous prétexte qu’il y prolifère localement quelques organismes pathogènes. D’autres « médications » peuvent fonctionner, pas besoin de sortir immédiatement l’artillerie lourde. Il faut sensibiliser le public aux dangers d’internet, en expliquant simplement les risques et les signes dont il faut se méfier. Eduquer les gens a bien agir et réagir sur internet est indispensable.

On en est certes pas encore au 1984 d’Orwell, mais en ayant visité Londres et en me voyant épié constamment par des centaines de caméras de surveillance, en lisant les textes de loi qui sont en train de passer dans nombre de pays (France : HADOPI, LOPPSI, décrêts // Etats-Unis : SOPA…) pour dénaturer la moelle même d’Internet (décentralisation, résilience), je commence à empiler les raisons d’avoir peur…

Heureusement qu’il reste des groupes de personnes pour protester et demander plus de réflexion et de compétence technique avant de voter aveuglément des lois sur les technologies actuelles (combien de parlementaires savent au moins ce que veut dire l’acronyme DNS ? Je vous le demande…).

D’autant plus que les décisions prises sont souvent tellement loin de la réalité technique qu’elle sont au mieux inapplicables, au pire mettent en danger les bases de certains protocoles fondamentaux d’Internet.

(Je passe sur l’aberration de diaboliser le peer to peer, ineptie si abjecte qu’elle mériterait un article à part entière)

Quelques liens en relation avec tout ceci pour approfondir :


Vous pouvez suivre le commentaires sur cet article en vous abonnant aux Flux RSS.